AOP Mâcon Vin – Vins de Bourgogne

AOP Vins de Bourgogne

Situé sur la commune de Bissy-la-Maconnaise dans la Bourgogne du sud, notre domaine est issue d’une exploitation familiale depuis plusieurs générations. Nos appellations sont régionales, villages et également faites de lieux-dits pour les cuvées de sélections parcellaires. 

Nous travaillons le cépage Chardonnay pour les vins blancs et le Pinot Noir pour nos cuvées rouges. 

Surnommé “le grenier à vins de la Bourgogne” et incarnation de la Bourgogne avec son climat ensoleillé, le Mâconnais, cher à Lamartine  possède des vignes avec des vins sublimes. C’est au nord de Mâcon que le domaine Camille-Lucienne exploite ses vignes pour le plus grand plaisir de tous.

 

Région des clos et des climats, la Bourgogne se distingue par la diversité de ses sols et des conditions climatiques exceptionnelles. Viticulteurs et maîtres de chai mettent en exergue la notion de terroirs au travers d’un savoir-faire ancestral et de pratiques vinicoles respectueuses de cette unique mosaïque géologique. Éparpillés sur près de 29000 hectares, les vignobles de Bourgogne sont internationalement reconnus pour la qualité de leurs vins issus des cépages pinot noir et chardonnay.

Les Vins de Bourgogne

 

Un vignoble historique, l’un des plus anciens de France, modelé au Moyen Age par les moines, puis les Ducs de Bourgogne, et riche de domaines aux apparences souvent modestes, mais de grand prestige.

Celui aussi qui, malgré sa petite taille (3 % du vignoble français), propose le plus grand nombre d’appellations d’origine : une centaine, du Chablisien au Mâconnais, en passant par la Côte de Nuits, la Côte de Beaune et la Côte chalonnaise.

L’un des plus prestigieux également, synonyme de vins fins. La patrie du pinot noir et du chardonnay, qui y règnent en maître.

La Bourgogne, c’est aussi la quintessence de la notion de terroirs, appelés ici climats, d’une extrême diversité (plus de 600) et à l’origine de l’immense variété des vins bourguignons.

Reflet de ce vignoble morcelé et d’une grande variété, la hiérarchisation des vins bourguignons, qui peut paraître complexe, est d’une grande logique et définit quatre niveaux : les appellations régionales (plus de 50 % de la production), les appellations communales, dites aussi villages (plus de 30 % de la production), les premiers crus (environ 10 % de la production) et, en haut de la pyramide, les grands crus.

 

Les Vins Mâconnais du Domaine Camille-Lucienne

Mâcon Chardonnay

Mâcon Chardonnay

Vin de Bourgogne Mâcon Chardonnay “Les Peirrières”

 

Année : 2019

 

Parcelles et terroir

Sol peu profond, argilo-calcaire, très caillouteux

 

Cépage : Chardonnay

 

Notes de dégustation

 

Robe : Jaune doré, limpide et brillant

Nez : Nez ouvert sur des notes à forte personnalité, typées fruits jaunes frais de belle maturité

Bouche : Attaque ample, grasse, très beau volume, bon équilibre général avec retour frais

Finale : Gourmande

macon peronne camille lucienne

Mâcon Peronne

Vin de Bourgogne Mâcon Peronne

Lieu-dit “Bois Raymond”

 

Année : 2018

 

Parcelles et terroir

La parcelle est argilo limoneuse avec une présence importante de silex

 

Cépage : Chardonnay

 

Vinification

Vendanges assez tardives, élevage en cuve inox

 

Notes de dégustation

 

Robe : Jaune doré, quelques reflets verts, limpide et brillant

Nez : nez fin et élégant, beaucoup de distinction. notes de fruits frais type pêches de vignes

Bouche : attaque souple et fraîche, belle tension, finale longue et équilibrée

Finale : Belle finale se prolongeant sur des notes légèrement miellées et mentholées

Mâcon Villages

Vin de Bourgogne Mâcon Villages

 

Année : 2019

 

Parcelles et terroir

Terrains argilo-calcaire , peu limoneux

 

Cépage : Chardonnay

 

Notes de dégustation

 

Robe : Jaune doré, limpide et brillant

Nez : Nez encore légèrement retenu, sur réserve et s’ouvrant à l’aération

Bouche : Attaque ample en bouche, équilibré, belle montée en puissance, beaucoup de fraîcheur en milieu de bouche

Finale : Demande encore à s’affiner, haut potentiel

Bourgogne rouge 2019 Camille lucienne

Bourgogne rouge

DOMAINE CAMILLE LUCIENNE

Pinot Noir

Bourgogne – Rouge 2019

Région: Bourgogne

Appellation : Bourgogne

Couleur : Rouge Millésime: 2019

Cépages : Pinot noir (100%)

Alcool : 13%

Contenance : 75 cl

Cépages Pinot noir, vignes en côteaux. Expositions Est sur des sols calcaires et limoneux. 

 

Année : 2019

 

Notes de dégustation

 

Robe : Rubis clair, limpide et brillant, intensité colorante moyenne

Nez : Ouvert, précis, notes fruitées type framboise. Caractère également floral rappelant la violette

Bouche : Attaque fraîche, fruité. Belle définition aromatique avec montée en puissance réelle et contenue.

Finale : Fine et précise

Le Mâconnais : la porte sud de la Bourgogne

Le mâconnais est une région de Bourgogne qui prend doucement un accent du sud. En effet, c’est dans cette région viticole que l’on découvre des panoramas vallonés avec des falaises. Dans ce cadre idyllique, royaume du Chardonnay, vous dégusterez des vins riches en arômes. Des vins blancs puissants et gourmands. 

Cruzille

Cruzille

Cruzille est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Jusqu’au xixe siècle, son nom s’est écrit « Cruzilles », puis elle a perdu progressivement son « s » pour s’écrire définitivement « Cruzille » .

Outre le bourg, Cruzille possède cinq hameaux qui sont : CollongeSagy-le-Haut et Sagy-le-Bas, situés tous les trois dans la vallée viticole qui traverse le village à l’est, et Fragnes et Ouxy, situés quant à eux à l’ouest, de l’autre côté du Bois de la Montagne. Ces deux derniers sont remarquables par leur situation. Tournés vers la vallée de Cormatin, ils marquent la frontière entre la région viticole du Haut-Mâconnais et celle d’élevage du Clunisois. Les points de vue vers les vallées de la Grosne et de la Guye y sont magnifiques lorsque le temps est favorable. La rivière qui traverse le hameau de Sagy-le-Bas, l’Ail, s’oriente très vite à l’est pour s’écouler doucement dans la vallée de Sainte-Geneviève, qui conduit au hameau de Collongette (commune de Lugny). L’eau de cette rivière alimentait jadis un moulin aujourd’hui disparu, autrefois écart isolé de Cruzille : le moulin Meurier, ancien moulin seigneurial tirant son nom du patronyme d’un tenancier.

Village viticole appartenant à l’aire de production du Mâcon-Lugny, Cruzille dispose de vignes majoritairement plantées de pieds de chardonnay dont la vendange est presque exclusivement vinifiée à la cave coopérative de Lugny. La commune dispose toutefois de plusieurs vignerons indépendants : Domaine des Vignes du Maynes et Domaine Guillot-Broux (ce dernier ayant été l’un des pionniers en France en matière de vin issu de l’agriculture biologique, avec Pierre Guillot qui se lança dans l’aventure en 1954). En l’an 2000, Cruzille disposait de 140 hectares de vignes, qui se répartissaient de la sorte : 110 hectares de « Mâcon Village », 19 hectares de « Bourgogne Pinot noir » et 11 hectares de « Mâcon rouge ».

 

Sur le territoire de la commune est partiellement implantée une forêt domaniale : la forêt des Grisons (contenance totale : 557,23 ha), mêlant feuillus et conifères.

Particularité notable : à l’intérieur du territoire de la commune est enclavée une parcelle de bois d’une contenance de 4,50 hectares (dénommée Le Bois du Mont) appartenant à la commune de Bissy-la-Mâconnaise (mais non limitrophe de cette commune), situation résultant d’une contestation de propriété ayant opposé les habitants des hameaux de Sagy (Cruzille) à ceux de Charcuble (Bissy) à partir de 1762 (situation qui donna lieu à quantité de procès, qui durèrent pendant un siècle).

Surnommé “le grenier à vins de la Bourgogne” et incarnation de la Bourgogne sudiste avec son climat ensoleillé, le Mâconnais, cher à Lamartine – Milly, son village, est vinicole, et lui-même possédait des vignes –, représente à lui seul le quart du vignoble bourguignon.

La région s’étend sur 50 km entre Tournus et Mâcon. Des chaînons calcaires forment les monts du Mâconnais, surgissant en éperons spectaculaires sur les sites des roches de jumelles de Solutré et de Vergisson, où l’on produit le vin local le plus réputé, le pouilly-fuissé, l’une des cinq appellations communales avec pouilly-loché, pouilly-vinzelles, saint-véran et viré-clessé.

Des AOC à l’origine exclusivement de vins blancs nés de chardonnay, des vins fruités et ronds, parfois opulents, complétés par une forte production en AOC régionales mâcon (qui propose aussi des rouges issus de pinot noir et quelques rosés) et mâcon-villages (exclusivement blancs). Le Mâconnais est donc un spécialiste du vin blanc (85 %). La région ne dispose, pour le moment, d’aucun premier cru, mais une demande de reconnaissance de certains terroirs de grande qualité est en cours.

A noter également que les villages de Viré et de Clessé défendent une longue tradition de liquoreux.

L’AOC Mâcon est une appellation régionale à laquelle le nom de la commune peut être ajouté. Le vignoble d’une superficie de 3 750 hectares, produit d’agréables vins rouges, ainsi que de très réputés vins blancs. Le paysage mâconnais est dessiné par plusieurs collines séparées par des failles, qui compartimentent le vignoble, du nord au sud, en six chaînons bien distincts. On retrouve sur ceux-ci trois types de sols. Le cépage blanc chardonnay s’épanouit sur les sols bruns superficiels, de marnes et de calcaires, dans la partie méridionale. Au sud également, des sols siliceux font le bonheur du cépage noir gamay, et un peu partout, les « bélouzes » (terrain argileux ou argilo-calcaires) peuvent produire des vins blancs (chardonnay et pinot blanc) et rouges (gamay et pinot noir). Dépendamment du « climat » (dénomination régionale du « terroir ») et des choix d’assemblage des producteurs, les vins d’appellation Mâcon proposent toutes les gammes, des vins légers et fruités aux plus complexes. La production annuelle représente 220 000 hectolitres. Les rouges sont généralement charnus et vivants avec une robe cerise à rubis foncé. Le gamay leur donne des reflets violacés et des arômes de fruits rouges et noirs évoluant vers le pruneau. Ce sont des vins destinés à être dégustés jeunes et frais. Les blancs, au nez de genêt, de fleurs blanches, de verveine, de fougère et d’agrumes, se parent d’une robe claire à or jaune. Le chardonnay peut donner des vins de très bonne garde.

Tout savoir sur le Vin en mâconnais

Toutes les appellations à votre portée

Le vignoble de Bourgogne donne naissance à de grands vins à la renommée historique et internationale.
Si les plus célèbres sont les Premiers et Grands Crus, vous découvrirez aussi de très belles appellations Régionales ou Villages qui feront voyager vos sens.

Avec 84 appellations, votre exploration ne fait que commencer !

(La Bourgogne a longtemps communiqué sur 100 AOC : il s’agit  en fait de 84 AOC auxquelles avaient été ajoutées les Dénominations Géographiques Complémentaires de l’AOC Bourgogne).

 

Caractères des vins

Les vins blancs de l’appellation Mâcon ont des robes or blanc ou or jaune paille, à reflets argentés ou verdâtres, luisantes et douces. Au nez, leurs arômes suggèrent le genêt, la rose blanche, l’acacia, le chèvrefeuille, la fougère, la verveine, la citronnelle, les agrumes (pamplemousse, mandarine). Des nuances de pin, de coing, de fenouil apparaissent en fin de bouche. Au palais, le paysage varie selon les villages et leurs terroirs. Il s’agit de vins frais et gouleyants, secs mais bien fruités. Les vins de l’appellation Mâcon disposent d’une bonne concentration, avec le support acide nécessaire à leur durée. Rondeur et suavité les caractérisent.

La robe des vins rouges du Mâconnais va du rouge cerise au rubis foncé, en passant par le grenat soutenu. Les reflets violacés sont typiques du Gamay.
Au nez, leurs arômes développent des accents de petits fruits rouges et noirs (groseille, myrtille), où se marient le sous-bois, le champignon, le noyau, l’animal. L’âge les tire vers le pruneau, le poivre. Pleins de vitalité et d’entrain, ils sont d’une nature charnue et spontanée. Gais et friands, un peu durs et corsés dans leur jeunesse, l’appellation Mâcon s’adoucit et se lisse. Structure et texture d’excellente tenue.

 

Conseil du sommelier

Blancs : à l’apéritif bien sûr, pour le charme insolent de sa belle allure vive, sur des gâteaux secs, cacahuètes et olives. Mais le caractère polyvalent de l’appellation Mâcon, associé à sa vivacité, sa rondeur, sa suavité et sa complexité aromatique, en fait un vin très facile à associer, car il est d’un équilibre très complet : les volailles et le veau en sauce crémée le vénèrent en hiver, tout comme les risottos bien crémeux à la viande, ou au poisson. En été, les poissons grillés, les antipasti froids et ratatouilles, les salades complexes avec de l’oignon ne lui résistent pas. Il les roule dans sa force aromatique toute fruitée. Même les sushis et les fromages de chèvre l’ont adopté.
Températures de service : 10 à 11 °C à l’apéritif, 11 à 12 °C durant le repas.

Rouges : parfumés, charnus et vivants, ils accompagnent à merveille la charcuterie fine, comme les jambons, terrines et pâtés, dont la texture ronde et grasse est équilibrée par la vivacité du vin. Le même rôle enjôleur et assouplissant s’obtient avec les viandes fibreuses et subtiles, comme le lapin et le bœuf bouilli ou braisé. Parfait aussi sur les hamburgers maison et les tapas, auxquels ils confèrent vivacité et allure en bouche, les vins d’appellation Mâcon accompagnent aussi les salades composées estivales, toujours grâce à leur force aromatique et à leur caractère enjoué.
Température de service : 14 à 15 °C.

Rosés : gourmands et vifs, l’appellation Mâcon s’impose sur les charcuteries, les couscous, tajines et taboulés, les gratins végétariens, les omelettes, les tartes aux oignons, les hamburgers et les pizzas.
Température de service : 11 à 12 °C.

 

Situation

La Bourgogne du Sud offre à la vigne un fourmillement de vallées et de vallons teintés de couleurs d’aquarelle. Entre la Côte Chalonnaise et la roche de Solutré, les monts du Mâconnais s’étendent sur quelques 40 kilomètres, bordés par la Saône et la Grosne. Implantée ici dès l’époque gallo-romaine, la vigne connut un vif élan grâce aux puissantes abbayes de Cluny et de Tournus. Quelle heureuse nature, chantée par Lamartine, l’enfant du pays ! La ville de Mâcon maintient fortement les traditions de ce vignoble au visage aimable et souriant.

Instituées en 1937, les Appellations d’Origine Contrôlée des vins blancs du Mâconnais peuvent être appelées (en Chardonnay) dans l’arrondissement de Mâcon et de ses 11 communes environnantes : Mâcon Villages et Mâcon suivi du nom de la commune d’origine.

Le Mâconnais est l’âme de la Bourgogne du Sud. Chanté par Lamartine, l’enfant du pays, il s’étend sur une quarantaine de kilomètres de la Côte Chalonnaise à la roche de Solutré. Entre la Saône et la Grosne, vallons et coteaux accueillent la vigne. Elle s’épanouit ici depuis l’époque gallo-romaine. Les puissantes abbayes de Cluny et de Tournus lui ont donné un vif élan. Autour de la ville de Mâcon, fortement attachée à ses vins, les villages ont une bonhomie souriante, des teintes d’aquarelle : maisons à galeries, clochers, romans…

Instituées en 1937, les Appellations d’Origine Contrôlée des vins rouges du Mâconnais peuvent être appelées Mâcon (ainsi qu’en rosé, Gamay Noir à jus blanc et Pinot Noir, dans l’arrondissement de Mâcon et de ses 11 autres communes environnantes). Les vins peuvent être aussi appelés (y compris en rosé) Mâcon suivi de la commune d’origine.

 

Terroirs

Vins blancs: Les monts du Mâconnais forment un ensemble de coteaux séparés par des failles parallèles et orientés nord/nord-est ou sud/sud-ouest. Ceux-ci sont favorables à la vigne. En Chardonnay, les vins de garde proviennent de sols bruns calciques ou calcaires, de rendzines. Les terrains siliceux, argileux ou sableux, souvent mêlés à des « chailles », ou galets de grès, favorisent le Chardonnay plus précoce.

Vins rouges et rosés: Séparés par des failles parallèles, les monts du Mâconnais forment un ensemble de chaînons orientés nord/nord-est ou sud/sud-ouest. Ces coteaux accueillent avec bonheur la vigne. Rendzines, sols bruns calcaires ou calciques conviennent au Pinot Noir ou au Chardonnay de garde. Les terrains siliceux, argileux ou sableux, souvent mêlés à des « chailles », ou galets de grès, favorisent le Chardonnay plus précoce et, en rouge, le Gamay, à l’aise également sur les sols granitiques des terrains annonçant le Beaujolais voisin.